2021 Beaux-Arts Disponibles Nouvelle Poésie

Jusqu’aux coups, en dedans du devant

François Xavier Malingre (texte), Silohé Malingre (dessins)

1ère de couverture
4ème de couverture

L’enfant traverse ses premières années rythmées par ses rêves de gosse,
aussi par les claques d’une mère vache, d’un père absent qui baise dans les champs.
C’est pas gagné.
Il s’élève seul la tête dans les nuages parfois gris parfois tonnerre.
S’évade loin d’une bouche qui ne l’embrasse pas, se tourne vers d’autres bouches plus douce.
L’enfant soigne son adolescence entre les bras de la vie.
Prêt a en découdre.



François-Xavier Malingre vit à Caen ou il théâtralise la cuisine et cuisine le théâtre.
C’est déjà ça !
Il a une femme formidable, des enfants en veux-tu en voilà, deux chiens sympas.
Mais gros. Les chiens.
Un poisson rouge mais jaune, il ne faut pas l’oublier.
Dans le prisme de ce texte il y a l’enfant qu’il a été… aurait pu être, que d’autre ont étés, sont ou seront demain.
En tout cas, c’est celui qui rêve la nuit en chacun de nous, qui de temps en temps lève la tête dans son nuage…




Format 15,5 x 23,5 cm, 180 pages, tirage sur papier Munken pure rough 120 g/m2. ISBN :  978-2-490962-10-5. Prix de vente 18 € (+ 6 € pour frais de port). Si vous souhaitez acquérir un exemplaire, vous pouvez télécharger un BON de COMMANDE (au format pdf) et envoyer un chèque de  18 € plus 6 € de frais de port, à l’ordre de « Galerie 175 – Éditions du Chameau », au 15 rue Mélingue 14000 CAEN.

Pour une commande de 2 livres les frais de port s’élèvent à 8 €.
Au-delà, nous contacter.


Quelques textes extraits du livre :


Allongé et froid, j’ai les idées en place.
Je suis dans l’univers et je tremble de gla-gla.
Les cheveux qui fondent.
Je suis bleu dans le blanc.
Il y a des voix au loin, mon prénom dans leurs cris.
J’ouvre la bouche et un bout de ciel s’y engouffre.
Mes pas doivent être recouverts maintenant.
Je me sens ramassé et transporté vers le logis.
Une lueur de porte apparaît.
Jaune.
Je souris de leurs craintes soulagées.



Cheveux au vent

Envie de mains sur ma joue de haut comme trois pommes à genoux.
Blondeur et chaleur.
Douces voix et charme fou des mamans des autres.
Peut-être que j’y aurait eu le droit si je n’avais pas été aussi indignement fils de pute.
Plus tard elles seraient toutes à ma merci du charme, à mes faims inassouvies
et moi bandant rêvant dans la nuit du couché puis ronflant d’aise en partance dans des automobiles hallucinantes, nu dans la mer chaude avec les poissons et les oiseaux de mon côté,
me montrant le chemin à moi, le fils des mères, le roi des plaines, des rêves muselés et des réveil difficiles.
Putain lèves-toi morveux tu vas être en retard à l’école fumier ordure.
se blottir sous l’oreiller mais non.
Il faut faire bonne figure.
Prendre sa claque dans la gueule du matin.
Le visage lui faisant face à face.
Pas de résistance !
Il faut lui simplifier la vie à ma manmanmanmanmanmhmhmh.

Combien de fois j’ai vomi de bon matin mon chocolat debout sur mon vélo droit devant mon avenir, souriant à l’arrivée du répit promis par une journée de travail collégienne.
Comptes à rendre et grandes leçons pour pas finir comme un clochard d’enfant de salaud
que j’étais.




Ta mère

Elles s’appellent toutes Sylvie, Marie-Claude, Anne-Marie, Marie-Françoise ou Marie tout court, et
elles en ont toutes bavé du paternel bourreau des cœurs.
Sauf une.
Une.
Une seule avait le respect de cet homme si tristement paternel.
Mamie Mémé Maman !
Sa mère à lui, la mère paternel.
Escapade et répit de la vache violente sans pardon le temps d’un midi ou d’une partie de l’après.
Jamais le soir malheureux !
Car le soir les enfants sont encombrants, pas possible de baiser dans les clairières.
Tranquille.
J’écoute et gâteaux les sombres histoires de chuchotement sur les derniers méfaits et la honte sur nos têtes du frère tonton alcoolique et boursouflé laissé au gré du vent dans l’appentis du jardin comme logis.
Toujours seul avec sa maman qui fait tout mieux que toutes les femmes du monde, car elle était la seule, la vrai, l’unique
FEMME
On repart souvent dans l’après midi venu, vers le froid glacial des coupures d’électricité, déposé
comme un sac à filet et aussitôt vrombissante la guimbarde.
Moi, rentré.
Pas embrassé.




Mère aiguisée

Dans cette chute
le sergent chef Meuh-Meuh a commencé, petit à petit, à vouloir en finir avec la vie, sans doute à cause des coups de pine et de l’enclume qu’il y avait dans la tête du capitaine.
Plutôt que de nous faire cela propre et net, l’enragé bovin a tout d’abord choisi l’aide de la médecine, mais faisant sa posologie seule (et manifestement du mal à se caler) au fur et à mesure
des tentatives avortées, elle a tranché dans le vif de manière pas propre et défigurée.
Connasse.
Non seulement, avec les médocs, je risquais de retrouver un cadavre quand je rentrais vers les loups, mais en plus maintenant il me faudrait aussi nettoyer par terre.
Elle aime jouer en dedans de sa peau avec du contondant.
du tranchant.
Déversant toute sa saleté sur le sol, toute cette poisse qui colle à ma chaussure dans le noir.
Et elle sourit aux corneilles et bave du psychotrope, lacérée par elle même, tapis dans un coin.
La folie qui couvait jadis, s’installait.
Le logis était devenu un repère de taré, schizophrène, mythomane et autre maniaque du ciseau,
j’en étais le majordome.
Crois-tu qu’à se bousiller elle en oubliait de rosser ?
Non non, mais la faiblesse demeurant, les forces la lâchant durement elle préférait à présent prendre des outils qui lui faciliteraient la tâche en gardant un max de punch dans ma gueule.




Pensée sauvage – 4

Rouge
sur un fil
le soleil blêmit
du vide.
Il pue la peur.




Décimer l’espèce

Je me lève sans faire de bruit en ne le faisant pas exprès.
Pas mon genre.
Je passe la porte du couloir et regarde dans toutes les pièces en passant.
Ils dorment encore, sauf que dans la chambre nuptiale
j’entends des petits couinements obscènes.
Ils sont couchés enfouis.
Le paternel semble gagner la partie parce qu’il est au dessus d’elle.
Elle, elle semble comme invertébrée…
Il doit tout remuer là-dedans parce que l’odeur ne me plaît pas.
Il n’y a pas un carré de chair visible à l’œil nu.
Cela doit transpirer en dedans des draps.
Je sais se qu’ils font et l’idée me révulse.
Je suppose que c’est comme ça qu’ils m’ont fait.
Le rythme s’accélère, elle ouvre la bouche les yeux clos.
Le lit commence à grincer
l’ambiance est insane.
Je ne veux pas voir cela alors je continue ma route vers la cuisine
pour me faire un chocolat.
En prenant soin de bien claquer la porte histoire de les emmerder un peu.
Pour stopper la possible reproduction de l’espèce.




Pensée sauvage – 14

L’abeille
affirme

que sur les tas de fumiers
naissent des fleurs…




Bus 1

Elle a les joues rouges de pomme et les yeux bleus.
Une chemise avec des seins parfaits dedans
ma main libre se balade entre son ventre et son soutient-gorge
la brûlure de ses lèvres délicieusement sucrées
j’aventure les miennes dans son cou
des plaques rouges apparaissent et désordonnées.
Ma main se régale et déraisonne
ma bouche dévore sa peau
sa respiration est vive
Là-bas le ronronnement du moteur a eu raison de beaucoup
dans le bus, ça ronfle.
Retour de voyage scolaire à Paris.
Merci.
Elle pars sous mes doigts
Et toute la classe de 3ème n’y voit goutte de rien.

Réhabilitation des boutons en bonne et due forme
remise en place de la chemise
et sortir peu à peu de la cachette grisante.






Le bon de commande

Similar Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.